Hiver hâtif, forte demande pour le Sud

Au Sud toute! Fuyez cet hiver que je ne saurais endurer, dirait Molière. L'histoire ne dit pas par quelle étourderie dame Nature a «accroché» le bouton «hiver» un mois d'avance cette année.

Hiver hâtif, forte demande pour le Sud

QUÉBEC, le 20 déc. 2018 /CNW Telbec/ - Ce qu'elle dit, par contre, c'est que les Québécois lui répliquent par un gigantesque pied de nez en fuyant vers le Sud, confirment les statistiques des centres Voyages de CAA-Québec et notre sondage d'intentions de vacances hivernales1.

« On a vu la demande augmenter dès le mois de novembre, comme si plusieurs avaient ressenti l'urgence de faire le plein de vitamine D avant un hiver qui s'annonce long. On ne vend peut-être pas de vitamine D, mais on sait certainement où amener nos clients pour en trouver! » image le vice-président des services voyages de CAA-Québec, Philippe Blain.

Tendances voyage de 2018

- Augmentation de 13% des ventes de forfaits Sud

- Augmentation de 23% des ventes pour la Floride, largement attribuable à la popularité de Disney

- Hausse des ventes de 76% pour Cuba et de 16% pour la République dominicaine; baisse de 8% pour le Mexique

- Prix relativement stables

- Augmentation marquée de la demande pour Las Vegas et pour l'Europe, particulièrement la Grèce

Le sondage d'intentions de vacances mené pour une deuxième année pour le compte de CAA-Québec montre aussi un grand intérêt pour le Sud.

- 52% des Québécois ont l'intention de prendre des vacances entre décembre et mars.

- 46% des vacanciers resteront au Québec, soit pour voyager au Québec (20%), soit pour demeurer les pieds sur le pouf (26%).

- Les régions québécoises les plus visitées: Capitale-Nationale, Montréal, les Laurentides et le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

- 23% des vacanciers prévoient fuir dans les Caraïbes ou au Mexique et 11% aux États-Unis, essentiellement en Floride.

« Plus d'un Québécois sur quatre se paiera des vacances bien méritées à la chaleur cet hiver. Encore une fois, on constate que le tout-inclus est très accessible. Pour certains, c'est devenu un pèlerinage annuel, presque un besoin! », ajoute M. Blain.

Un premier joint avec le beau-frère?

Si certains cherchent la chaleur, d'autres pourraient préférer se geler… CAA-Québec a voulu savoir, dans le même sondage, la proportion de Québécois qui seraient tentés d'essayer le cannabis pendant le temps des Fêtes. Ainsi, 6% des Québécois sondés1 qui n'étaient pas des consommateurs de pot avant la légalisation ont l'intention de l'essayer pendant les Fêtes, avec un pourcentage plus élevé chez les hommes, les moins de 35 ans, les étudiants, les résidents de la région montréalaise et les non-francophones.

« On voudrait seulement rappeler que le cannabis et la conduite d'un véhicule ne vont pas ensemble. ''Conduire gelé, c'pas mieux que conduire paqueté''. La consommation de cannabis ramollit notre cerveau et joue des tours à nos réflexes et à nos perceptions. Une étude scientifique de l'Université McGill a même démontré que les effets du pot nuisaient à la bonne conduite pendant au moins cinq heures », explique le directeur de la Fondation CAA-Québec, Marco Harrison.

Bref, quand on boit ou on fume, on ne conduit pas. Les solutions? On dort sur place ou on rentre autrement. Nez rouge, ça marche aussi pour les yeux rouges… Les membres de CAA-Québec ont tous droit au service de raccompagnement pour revenir à la maison et y faire remorquer leurs voitures.

Sur ce, CAA-Québec et sa Fondation vous souhaitent de très joyeuses Fêtes!